Construction du psychisme

Les écrans limitent les interactions sociales (manque du désir de communiquer, difficultés à établir des liens avec les camarades…).
Les écrans ont également un effet avéré et intense sur l’agitation des enfants; habitués au “zapping” ; ils ne savent plus rester concentrés sur une tâche, notamment scolaire. Ils se sentent insécurisés ce qui génère de l’agressivité et des comportements non ajustés.
La “ fascination ” que provoquent les écrans rend passifs et sans volonté les enfants. C’est leur attention involontaire qui est captée contrairement à l’attention volontaire (demandant des efforts) qui est nécessaire aux apprentissages. Comment donc penser que ces objets peuvent aider dans les apprentissages ?
De plus il apparaît nettement une dépendance psychique (plus ou moins marquée selon le temps d’exposition). Cela se remarque par des crises comportementales parfois violentes lorsqu’on arrête les écrans. Ces phénomènes d’hyper-excitation liés à l’arrêt de la tablette ou de tout autre support numérique sont liés à une surcharge émotionnelle ; chaque minute passée devant les écrans augmentant la tension intérieure de l’enfant. La passivité anormale du corps devant les écrans génère un besoin de décharge physique souvent incontrôlé du fait de leur immaturité.