Motricité

Les enfants surexposés aux écrans ne développent pas la motricité fine nécessaire à un bon graphisme. Jusqu’à 4 ans, l’enfant a besoin d’expérimenter de nombreux outils (pinceaux, pastels, crayons…) et des tracés larges dans tous les sens afin de développer sa sensorialité et les articulations engagées dans l’acte d’écriture. Progressivement, les mouvements de ses doigts se coordonnent à ceux du poignet et du bras et ce n’est qu’à 5 ans – 5 ans ½ que toutes les conditions motrices de l’écriture sont réunies. C’est pourquoi l’utilisation du stylet et d’une surface réduite telle la tablette n’apporte pas de bénéfice au jeune enfant et peut même provoquer une hypotonie des doigts (doigts mous) puisque l’enfant s’adapte à une demande qui ne correspond à son développement neurologique. De plus, la tablette supprime le bruit du tracé sur la feuille alors que celui-ci est aidant pour inscrire la forme des lettres en mémoire.

Enfin, cet outil implique une position statique assise qui est moins favorable à la mémorisation que la sollicitation de mouvements globaux.